Témoignage de Monique

Monique
Monique

« l'amour de Dieu par l'ouverture à l'autre »

Soeur Monique fête ses 68 ans de vie religieuse avec les Religieuses du Sacré Coeur, ce 11 février. Aujourd’hui, elle vit à Lyon dans sa communauté du 5ème arrondissement.
Une Soeur de 88 ans, pleine de vie et investie dans son quartier où elle se dit la “petite main” pour sa paroisse. Sa paroisse qui s’étend d’une certaine manière jusqu’à son abris bus, où elle fait de belles rencontres. C’est en effet une écoute précieuse pour les personnes qui attendent avec elle et un moment important, qu’elle attend avec joie. Elle déploie également ses qualités d’écoute auprès de ses Soeurs aînées voisines, placées en EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).
Dans les “petites choses” Sr Monique y met de l’extraordinaire. Elle incarne une écoute, une présence qui fait du bien autour d’elle. Tout au long de sa vie, Sr Monique a souhaité suivre cet appel à vivre de l’amour de Dieu et le mettre en action.

Retour sur son parcours et sa vocation
Issue d’une grande fratrie, avec ses frères et sœurs aînés qui se mariaient les uns après les autres, sa mère la questionne sur son propre projet. “Et toi, que comptes-tu faire ? As-tu quelqu’un en vue ?”, lui demanda-t-elle. Tout aussi simplement, elle lui annonça “d’une traite”, qu’elle souhaitait être religieuse, alors qu’elle n’avait que 19 ans. Elle avait déjà choisi sa congrégation, ce serait les religieuses du Sacré-Coeur. Sa mère lui suggère d’envisager d’autres couvents, finalement elle revint à son vœu de départ, dans sa grande détermination. Pourquoi cette congrégation et cette évidence de la vocation religieuse ? Tout simplement la joie des sœurs qui l’avaient entourées depuis son plus jeune âge dans le pensionnat où elle avait été. Plus particulièrement, c’est lors d’une retraite proposée par un prêtre jésuite, que ce désir de la vocation religieuse avait grandi dans le secret de son cœur.
Sr Monique pourvue d’une grande joie et d’une grande liberté souhaitait découvrir l’amour du cœur de Jésus et le répandre, aux gens qu’elle rencontrait. Sa vocation était née.

Son parcours auprès des plus fragiles
Sr Monique a eu un parcours très riche en France et en Belgique. Ses supérieurs lui ont confié plusieurs missions en France et en Belgique. Cela a été l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes et de créer des projets.
Elle est passée par Montigny-le-Metz, en Belgique auprès du Noviciat et comme bénévole dans un centre d’hébergement et de restauration solidaire. Mais elle a aussi vécue à Lyon (Boissac), et à Amiens dans une communauté située au coeur d’une cité et à Paris auprès de personnes en foyer logement.
Pour elle, le plus important a été de rejoindre les jeunes avec des difficultés, qu’il fallait écouter. Elle n’a jamais eu peur de la fragilité et de la pauvreté de ces personnes rencontrées. Au contraire, elle s’y sent encore appelée aujourd’hui : “ce qui me frappe c’est que les gens ont besoin de parler”.

La spiritualité du Sacré Coeur au quotidien : “se laisser aimer par Dieu, pour nous transformer tout doucement”
Ses journées commencent toujours par une heure d’oraison, un temps d’adoration l’après-midi et se terminent par la prière communautaire. Les sœurs se retrouvent pour les repas et la messe. Pour Sr Monique, la vie chrétienne c’est “se laisser aimer par Dieu, dans la prière, pour nous laisser transformer tout doucement, et c’est jamais fini !”.
Ainsi sa spiritualité est très enracinée dans son quotidien. Chaque jour, elle a à cœur d’être ouverte aux autres, d’accepter leurs différences, et de se laisser imprégner par l’Amour de Dieu. C’est grâce à cet Amour reçu, qu’elle vit sa mission quotidienne avec ferveur.

Aujourd’hui, sa plus grande joie…
Aujourd’hui sa plus grande joie, c’est de recevoir des autres, voir leur gentillesse, leur entraide. Elle raconte qu’à cet abris bus, une femme lui a demandé de prier pour son père. Ce qu’elle fait tous les jours depuis. Comme elle le dit avec humour, l’avantage de ses cheveux blancs, de sa canne et de ses lunettes brunies, c’est que les gens viennent à elle, ils ont confiance pour se confier.  

Un désir pour l’Eglise, les jeunes, les familles, le monde ?
“En ce moment, avec le synode, il y a beaucoup de place à la parole. La volonté de l’Eglise est de créer des lieux de parole et de rencontres très locales. Ce sont des lieux pour s’exprimer sur nos attentes de l’Eglise.”
Alors que Sr Monique se donne dans “l’être avec”, la relation, son rêve serait qu’il y ait “davantage de relations entre les gens”.

Un dernier mot ?
“Soyez ouvert, sur ce qui nous dérange, ce qui nous fait changer un peu de point de vue, ce qui nous ouvre, ne figez pas les personnes.”

 

Propos recueillis par Domitille de G.