Volontariat Sacré-Coeur

Volontariat Sacré-Coeur

Une expérience à vivre !

Vivez une expérience de lâcher prise, de service, et de rencontres dans le partage du quotidien.

Pour les 18-30 ans qui souhaitent s’engager ;

Pour une période d’un mois à un an ;

Dans plus de 20 pays et en France ou Belgique ;

Parcours de formation et accompagnement humain et/ou spirituel.

“Partirici” :

Etre volontaire au plus près de chez soi (France et Belgique)

En immersion dans des lieux de vie solidaires, les missions de services sont multiples : partager le quotidien et les tâches de personnes en réinsertion ou en situation de handicap,  travailler dans une ferme, accompagner des élèves en difficulté, ou vivre avec des personnes d’autres cultures…

Partir là-bas :

Etre volontaire à l’étranger (plus de 20 pays)

Les volontaires sont impliqués dans les missions des religieuses du Sacré-Cœur : écoles, dispensaires, fermes, animation de quartiers, pastorale, accompagnement de jeunes adultes et de parents, promotion de la justice…

 Le Volontariat Sacré-Cœur est une association fondée par les sœurs du Sacré-Cœur il y a plus de 20 ans. Il s’appuie sur la spiritualité ignatienne et propose des expériences transformatrices à tous les jeunes qui le souhaitent ! 

L’équipe du volontariat Sacré-Cœur

Sarah Clavier, Religieuse du Sacré-Cœur, coordinatrice de programme

 

Hors zone de confort : témoignage de Clotilde partie en Ouganda

« Ce voyage ‘hors-zone de confort’ permet d’aller autant à la rencontre des autres que de soi-même. »

Mon désir d’aller découvrir la culture africaine était présent depuis plusieurs années dans mon esprit, j’attendais le moment pour partir.

Je suis très heureuse d’avoir vécu ce volontariat au contact des religieuses du Sacré-Cœur. Le partage de leur vie de sœurs a été une réelle source d’apprentissage. De plus, leur présence apaisante, leurs conseils, leurs disponibilité et bienveillance ont été d’une aide et d’un réconfort bien précieux.

J’ai donc vécu dans la région de Karamoja. Région pauvre où le climat et le sol ne favorisent pas une agriculture florissante. Comme souvent associés à la pauvreté, les problèmes d’alcoolisme, de violence et de malnutrition sont aussi présents. Je partageais mon temps entre le dispensaire du village, l’école secondaire de filles administrée par les sœurs et la vie communautaire. Cela m’a permis de faire de merveilleuses rencontres, de découvrir la puissance de cette culture, de trouver la richesse dans la simplicité.

« Vouloir perdre mes repères » était une de mes motivations à partir et cela a été une véritable réalité ! Cette perte de repères est une expérience profondément transformante.  J’ai pu en apprendre davantage sur ce que signifient l’humilité, la patience, la persévérance, le don de soi, la sincérité, la joie et l’Amour ! Je rentre de ces 3 mois grandie et enrichie par tout ce que j’ai reçu là-bas !

Je souhaite à chacun d’expérimenter cette perte de repères. Ce voyage « hors-zone de confort » permet d’aller autant à la rencontre des autres que de soi-même.

 

Une expérience de lâcher prise : témoignage de Camille, volontaire Partirici

Camille avait prévu de partir en volontariat à l’étranger, à plus de 10 000 km, mais comme pour beaucoup, la crise sanitaire est venue chambouler ses plans. Finalement, elle se retrouve en mission à Salvert à 300 km de chez elle.

La première fois que j’ ai entendu parler de “Partirici”, je me suis braquée, avec le recul j’ai compris que c’était parce que je ne voulais pas voir les difficultés qui existent aussi dans mon pays. Je perdais aussi le côté exotique hyper stimulant, et la déconnexion, être loin de mes proches…

Pourquoi j’ai changé d’avis ? Au moment où l’on m’a décrit la mission possible, dans ma tête je me suis dit “ça me va” en deux secondes. Il y avait quelque chose de l’évidence. Tout d’un coup être en France a pris du sens : j’allais savoir ce qu’il se passe près de chez moi. Il y avait aussi un intérêt professionnel, et j’allais pouvoir garder contact avec les personnes que j’allais rencontrer.

En fait s’il y a un besoin ici, je lâche prise et j’y vais !

Je retiens que lorsqu’on veut donner gratuitement, lorsqu’on veut être volontaire il faut avoir le cœur préparé et il faut être prêt à accepter. Pour porter du fruit il faut être prêt à tout abandonner.