Témoignage d'Amélie

Amélie
Amélie

« Une rencontre très forte avec le Seigneur »

Récit de vocation

Originaire des Yvelines, Amélie a suivi des études en psychologie pour « comprendre et écouter l’homme, ses blessures, son comportement ». Au moment de son entrée en Fac, elle vit « une expérience spirituelle très forte de l’amour de Dieu. La vie religieuse m’est apparue comme une évidence, comme le chemin qui me rendrait heureuse et pourrait répondre à cet amour du Christ. » Bien qu’engagée dans sa paroisse et au sein des Scouts et Guides de France, elle n’a qu’une représentation vague de la vie d’une sœur et n’a absolument jamais entendu parler des religieuses du Sacré-Cœur !
Avec le groupe « vocation » de son diocèse, elle fait ses premières découvertes.

La Licence de psycho en poche, Amélie part un an en volontariat international. Elle rejoint une communauté de Salésiennes à Madagascar et s’occupe d’enfants. Ce qu’elle en retient ? « Des façons de faire et de voir qui déplacent et qui permettent de remettre les évènements en perspective. » Alors qu’elle hésite à s’orienter vers l’éducation spécialisée, l’expérience la décide à poursuivre en Master de psycho, spécialité « enfants et ados ».

Pendant tout ce temps, Amélie a déjà discerné le choix d’un ordre apostolique pour être « directement inséré dans le monde » et celui de la famille ignacienne. Mais la voilà enfin psychologue et elle ne sait où se diriger. Son accompagnatrice lui présente les grandes congrégations féminines. Dès qu’Amélie voit la brochure des Religieuses du Sacré-Coeur de Jésus : « Ca a fait tilt ! Les mots étaient exactement les miens. Tout résonnait en moi ! » Patiente, Amélie se rend à une prière ouverte proposée par la communauté de Villejuif. « J’y ai fait une rencontre très forte avec le Seigneur, j’étais chez moi. »

Enfin en janvier 2009, Amélie quitte la région parisienne et, postulante, s’initie à la vie religieuse auprès de la communauté des Potiers à Bruxelles. Pour elle, c’est le grand départ, l’étape tant attendue : vivre ce qui la fait vivre depuis tant d’années au grand jour ! « L’importance de la vie communautaire, de la prière et le fait que chacune soit pleinement responsable de sa vie » la marque particulièrement et la soulage. Et puis, elle exerce aussi son métier de psychologue pour la première fois et découvre « des chemins possibles pour rejoindre les autres ».